... Index du Forum

...
Lieu de diffusion et de discussion autour de toutes les pratiques liées à l'écriture.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

un début

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ... Index du Forum -> ECRITURE, etc. (C'est l'endroit où poster vos textes, mais aussi vos images, sons, vidéos, etc. ; c'est aussi l'endroit où les commenter) -> Salon général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
julien



Inscrit le: 31 Jan 2015
Messages: 315

MessagePosté le: 20/04/2015, 16:02    Sujet du message: un début Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
D’abord, la respiration. Un râle plutôt. Mon souffle court et rauque. Inspire, expire. Ou presque. Quelque chose qui essaie, qui se tend, qui cherche à s’ouvrir. Un voile qui se gonfle mais qui résiste. C’est si lourd. Soulever des paupières engluées. L’extérieur est si loin. J’essaie de me rapprocher, comme un nageur à contre courant. L’effort est difficile. Avancer vers la lumière, percer l’obscurité. Sortir. J’ouvre les yeux. Pas de jour pourtant : c’est la nuit qui m’accueille. Me recueille. Cercueil. Un bourdonnement à mes oreilles : le sang qui bat à mes tempes, les pulsations de mon cœur ressuscité, ou bien le moteur qui gronde encore. Une odeur de brulé, de gomme brulée, de mécanique surchauffée. Tous les voyants sont au rouge. Quelque chose fume et l’air de l’habitacle est irrespirable. Je tousse comme un damné. Je dois sortir de là. Reprendre les commandes de mes muscles. Me réveiller mieux que ça. Garder les yeux ouverts. Bouger les mains, les pieds, sentir mes membres à nouveau. Un effort surhumain, et je commence à bouger. A tâtons, je trouve la poignée, l’actionne, laisse aller le poids de mon corps sur le côté. La portière cède soudain. Je bascule sur le bitume. L’air frais. Inspire, expire. S’extirper de la torpeur. Je rampe quelques mètres. Me redresse. M’appuie à l’arbre voisin de celui dans lequel je viens d’encastrer ma voiture. La tête qui tourne. Les étoiles deviennent autant de comètes. Quelque chose me chatouille les pieds. Le maelstrom s’apaise. Je regarde. Des crapauds. Minuscules, grouillant. Ils traversent la route par centaines, par milliers. A présent, ça me revient : je revois leur nuée faire irruption dans la lumière de mes phares – ma surprise, un coup de volant ou de frein. J’ai dérapé sur des crapauds. Ecrabouillés. C’est ridicule. Ces horribles petites bestioles auraient pu me tuer. Pour me passer les nerfs, j’en déglingue quelques-unes à coups de pied, mais une vive douleur foudroie aussitôt ma jambe. 
 
Revenir en haut
coryzaster



Inscrit le: 02 Avr 2015
Messages: 85

MessagePosté le: 20/04/2015, 21:17    Sujet du message: un début Répondre en citant

j'aime beaucoup
un présent haletant
l'accident révélateur d'une autre réalité que celle hermétique d'un véhicule

la métamorphose, Kafka a écrit:
C’est au crépuscule seulement que Gregor se réveilla, après un sommeil lourd et comateux. Même s’il n’avait pas été dérangé, il ne se serait sûrement pas éveillé beaucoup plus tard, car il eut le sentiment de s’être assez reposé et d’avoir dormi son soûl ; mais il eut l’impression d’avoir été réveillé par un pas furtif et par le bruit discret que faisait en se refermant la porte donnant sur l’antichambre. La lueur des lampadaires électriques de la rue posait des taches pâles au plafond et sur le haut des meubles, mais en bas, autour de Gregor, il faisait sombre. Tâtonnant encore lentement avec ses antennes, qu’il commençait seulement à apprécier, il se propulsa avec lenteur vers la porte, pour voir ce qui s’y était passé. Son côté gauche paraissait n’être qu’une longue cicatrice, qui tiraillait désagréablement, et, sur ses deux rangées de pattes, il boitait bel et bien. Du reste, au cours des événements de la matinée, une petite patte avait subi une blessure grave – c’était presque un miracle qu’elle fût la seule – et elle traînait derrière lui comme un poids mort.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
julien



Inscrit le: 31 Jan 2015
Messages: 315

MessagePosté le: 21/04/2015, 08:37    Sujet du message: un début Répondre en citant

La métamorphose, c'est en effet le thème de cette nouvelle (la suite existe, mais peu aboutie). Bien vu !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:03    Sujet du message: un début

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ... Index du Forum -> ECRITURE, etc. (C'est l'endroit où poster vos textes, mais aussi vos images, sons, vidéos, etc. ; c'est aussi l'endroit où les commenter) -> Salon général Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com